la maison d'édition de séries littéraires

Au-delà des lunes d'Allagore

Episode 14

Prisonniers

Hell se trouvait dans une fâcheuse position. Écrasée entre les bras puissants du pilleur, elle n’avait aucun moyen de s’échapper. Au début, lorsque les deux intrus étaient entrés dans la navette, elle s’était sentie rassurée par leur nombre réduit et leur allure banale. Puis, lorsqu’elle avait vu les dommages que pouvait causer leurs armes et s’était retrouvée avec l’une d’elle contre la tempe, elle avait vite déchanté.

Une fois qu’Ary eut mis ses mains au-dessus de sa tête, Jackev interpella l’un des voyageurs.

« Eh, machin aux cheveux bleus, là ! Ramène-toi ! »

Le garçon déglutit bruyamment et s’approcha d’eux les jambes flageolantes. Le pilleur décrocha des menottes de sa ceinture et les lui tendit.

« Attache lui les mains derrière le dos », ordonna-t-il en indiquant Ary d’un coup de tête.

Pendant que l’ado s’exécutait docilement, Jackev relâcha légèrement sa prisonnière, attrapa ses bras pour les ramener derrière son dos et l’attacha à son tour.

Hell peinait à réguler sa respiration. Elle ne voulait pas montrer sa peur, seulement cela lui paraissait dur à cacher. Les choses se présentaient mal et, maintenant que tous deux se retrouvaient menottés, elle ne voyait pas comment ils pourraient s’échapper.

Jackev l’attrapa fermement par la nuque et la força à avancer. Il attrapa Ary de la même manière et se dirigea vers la sortie. Il s’arrêta à la hauteur de son partenaire qui gisait dans une flaque de sang sur le sol.

« Claus, t’es vivant ? »

Il le poussa du pied sans ménagement, sans obtenir aucune réaction de sa part.

« Bah, fit-il en haussant les épaules. Plus de pognon pour moi… »

Quand ils arrivèrent au seuil de la porte, Hell se demanda comment ils allaient faire pour descendre étant donné qu’ils se trouvaient à presque un mètre du sol. Elle n’eut pas à se poser la question longtemps, car Jackev les poussa d'un coup. La chute fut brève mais, sans pouvoir s’aider de ses mains pour l’amortir, Hell s’étala douloureusement de tout son long. Un peu sonnée, il ne lui vint même pas à l’esprit de s’échapper. Elle sentit une poigne de fer la remettre sur pied et la forcer à avancer. Elle jeta un coup d’œil à Ary, espérant pouvoir trouver un peu de réconfort dans son regard.

« Rien de cassé ? lui demanda-t-il, inquiet.

– Non, je crois que ça v…

– La ferme ! beugla Jackev. Vous aurez tout le temps de taper la causette quand vous croupirez dans les douves du château de la reine. Enfin… à condition qu’elle vous laisse la vie sauve. »

Ary souffla bruyamment, mais n’insista pas. Ils marchèrent jusqu’au petit vaisseau des pilleurs et Hell ne put s’empêcher de s’interroger. Comment est-ce que ce morceau de ferraille bon pour la décharge faisait pour voler ? L’homme ouvrit la porte principale et les poussa à l’intérieur. Il n’y avait que deux sièges à l’avant et un coffre minuscule à l’arrière.

« Toi, ma jolie, tu t’assois à côté de moi. Et toi, ajouta-t-il à l’attention d’Ary, pas de conneries ! Sinon c’est ta copine qui prend. »

Une fois assise sur le siège, Hell tenta de se débarrasser de ses menottes. Elle avait beau avoir les poignets fins, elle ne réussit qu’à se faire mal.

« Arrête de gigoter ! s’énerva l’homme. Sinon je… »

Il ne termina pas sa phrase. Derrière lui, Ary avait réussi à retirer l’une de ses menottes et, les mains à présent libres, il se servit des menottes pour étrangler leur ravisseur. Le visage rouge, Jackev tâtonna pour attraper son arme. Hell s’empressa de lui écraser la main d’un coup de botte et le pistolet glissa au sol.

Il ne fallut pas longtemps pour que le pilleur arrête de se débattre. Ary attendit encore un peu, par précaution, avant de finalement le relâcher. Puis, il s’empressa de fouiller dans ses poches pour retrouver les clés de leurs menottes.

« Comment t’as fait pour te libérer ? » lui demanda Hell.

Un sourire en coin se dessina sur son visage alors qu’il déverrouillait les menottes de la jeune femme.

« Le type qui me les a mises, il ne les a pas fermées à fond.

– Il l’a fait exprès ? s’étonna-t-elle en frottant ses poignets endoloris.

– Je pense. Quoi qu’il en soit, il nous a sauvé la vie. »

Il tira le corps du pilleur hors du vaisseau et claqua la porte en s’installant à la place du conducteur.

« Au moins, on va pouvoir terminer notre trajet tranquillement là-dedans », fit-il en tapotant le tableau de bord.

Hell sourit, ses épaules se détendirent enfin. Pourtant, son inquiétude était loin d’être partie. Elle ne retrouverait sa sérénité que lorsqu’ils auraient quitté cette maudite lune.

« On va y arriver, affirma Ary en prenant son visage entre ses mains. Je te le promets. »

Il déposa un tendre baiser sur ses lèvres avant de s’atteler au démarrage de l’appareil.

Le vaisseau s’éleva dans les airs dans un sursaut poussif et Hell s’accrocha fermement à son siège. Son dernier voyage en vaisseau ne s’était pas très bien terminé et elle ne tenait pas à ce que cela recommence.

L’engin monta encore, jusqu’à dépasser la navette, puis fila dans le tunnel noir. Il émettait une faible lumière leur permettant tout juste de voir à quelques mètres devant eux.

Bien que l’appareil ne semblait pas de toute jeunesse et qu’il menaçait de lâcher à tout moment, Hell se sentait plus en sécurité que dans la navette qu’ils venaient de quitter. Ils arrivèrent au terminus après avoir dépassé cinq ou six arrêts.

L'atterrissage ne se fit pas sans accrocs et Hell manqua de se cogner la tête contre le plafond plus d’une fois.

Une fois totalement arrêtés, elle tourna la tête vers Ary’el et lui demanda :

« Et maintenant ? Qu’est-ce qui nous attend, dehors ?

– Je ne sais pas, avoua-t-il. L’aérodrome n’est plus très loin à présent. Par contre, pour ce qui est d’entrer à l’intérieur et de trouver le Grand Karreher… C’est une autre histoire. »

Hell ferma les yeux et prit une profonde inspiration. Elle attrapa la main d’Ary et la serra fort, profitant de ces quelques moments de calme.

Il l’attira contre lui et la garda ainsi un instant.

« On y va ? dit-il finalement.

– On y va. »

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter