la maison d'édition de séries littéraires

Au-delà des lunes d'Allagore

Episode 16

Le grand Karreher

Le véhicule était immobilisé depuis une bonne minute, à présent. Ary était aux aguets, guettant le moindre son provenant de l’extérieur. L’arrière du fourgon était vide, ce qui était une aubaine : le commerçant était venu chercher des marchandises dans le Grand Karreher et ne serait pas de retour tout de suite.

Ils attendirent que les pas du conducteur s’éloignent avant d’agir. Quand il fut à peu près certain que la voie était libre, Ary se décolla doucement de Hell.

« On va pouvoir sortir », souffla-t-il à voix basse.

Elle ne répondit rien. Il ouvrit légèrement une des portières et jeta un œil dehors : d’autres véhicules similaires étaient garés, mais il n’y avait pas âme qui vive. Rassuré sur ce point, il prit la main de son amie et ils sortirent à l’air libre. Il ne leur fallut pas longtemps pour repérer le Grand Karreher : l’immense vaisseau se trouvait juste derrière eux. Autour, une dizaine de personnes s’affairaient. Ary se baissa immédiatement et Hell l’imita.

« Qu’est-ce qu’ils font ? lui demanda-t-elle à voix basse.

– Ils préparent le débarquement des marchandises.

– Ils vont nous laisser entrer, tu penses ? »

Il secoua la tête.

« Il faudrait leur expliquer la situation, mais il y a trop de personnel de la reine ici. On devrait faire le tour et essayer de monter discrètement. »

Il jeta un coup d’œil à sa compagne et fit la moue. Si leurs nouvelles coupes leur avaient procuré un relatif anonymat dans les entrailles de la ville, ce n’était plus le cas à présent. La jeune fille dut se faire la même réflexion, car elle rabattit immédiatement sa capuche sur sa tête. Il fit de même et inspecta de nouveau les alentours.

Les employés discutaient entre eux et n’avaient pas l’air de faire attention à eux. Ary fit un signe discret à Hell de le suivre et ils traversèrent le parking, presque à plat ventre.

Ils contournèrent le vaisseau et finirent par trouver une entrée ouverte, visiblement réservée aux membres de l’équipage.

« C’est bizarre qu’elle ne soit pas gardée, non ? »

Les sourcils froncés, Ary ne put la contredire. C’était étrange, en effet. Un peu trop simple.

« Allons voir de plus près », décida-t-il tout de même.

Ils rejoignirent l’entrée à pas feutrés, tout en restant en retrait. Des voix leur parvinrent depuis l’intérieur, ils écoutèrent avec attention.

« J’ai hâte qu’on reparte, marmonnait une femme. J’te jure, ce coin ça m’fout la gerbe.

– Bah, répondit un homme. Y a des endroits plus moches que ça.

– Je te parle pas du paysage, crétin ! C’est la façon dont leur royaume est géré qui me donne mal aux tripes. T’as entendu ce qu’on dit ? Paraît que la reine a toute une pelotée d’esclaves qui travaillent dans des mines. Je comprends même pas pourquoi Kennedy accepte de faire affaire avec cette cinglée.

– Pour la même raison que t’es là malgré tes protestations : le fric. »

La femme poussa un long soupir. Ary entendit ses pas se rapprocher et réalisa avec horreur qu’ils n’avaient nulle part où se cacher. Ils se plaquèrent contre la paroi du vaisseau.

Les deux membres de l’équipage sortirent sans faire attention à eux. Ary retint son souffle. S’ils faisaient le moindre bruit et que l’un des deux avait le malheur de se retourner, c’était fini.

Par chance, ils ne le firent pas et le couple put se faufiler dans le vaisseau sans se faire remarquer.

Malgré leurs efforts, il leur était impossible de ne pas faire de bruit en marchant. Leurs pas résonnaient sur le sol métallique. Ils n’avaient plus qu’à espérer que personne ne les entendent.

Au bout d’un long couloir, ils arrivèrent à un croisement.

« Quel côté ? » interrogea Hell.

Ary haussa les épaules : les deux étaient identiques. Ils prirent celui de droite au hasard et continuèrent leur progression.

« On devrait trouver un endroit où se cacher, au moins le temps que le vaisseau décolle. Et qu’on soit enfin loin d’ici. »

La jeune femme hocha vivement la tête.

« Et si on croise quelqu’un ?

– On prie pour que ce soient des membres de l’équipage. Ils pourraient se montrer compréhensifs. Du moins, j’espère. »

Une première porte leur barra la route, Ary hésita un instant. La seule indication était un numéro, ce qui ne l’aida pas à deviner ce qu’il se trouvait derrière. Il posa son oreille contre le métal froid, mais n’entendit rien.

« OK, souffla-t-il. On va essayer celle-là. »

Il se recula d’un pas et appuya sur la commande d’ouverture de la porte. Celle-ci coulissa sans bruit, ce qui le surprit. Il avait l’habitude des crissements à en faire grincer les dents.

La pièce dans laquelle ils entrèrent contenait des caisses de différentes tailles.

« Ce sont des caisses qu’ils vont décharger ? »

Ary scruta la salle d’un air attentif.

« J’en doute. On est trop loin de l’entrée principale. Ça doit juste être une salle d’entrepôt.

– On peut se cacher ici, alors ? »

Il s’apprêtait à répondre lorsqu’une voix féminine les interrompit.

« Ç’aurait pu être une bonne cachette si vous n’aviez pas déclenché le système de sécurité en entrant. »

Les deux fugitifs se retournèrent d’un coup. En face d’eux se tenait une jeune femme à l’air mutin. Ses longs cheveux roux étaient attachés en queue-de-cheval et descendaient jusqu’à sa taille. Le style de ses vêtements était différent de ce qu’Ary avait pu observer sur les lunes d’Allagore ; elle portait un haut blanc coupé trop court et un pantalon noir qui remontait trop haut. Mais le plus remarquable restait l’arme immense qu’elle pointait sur eux.

Ils ne l'avaient pas entendue entrer. Les portes de ce vaisseau étaient vraiment trop silencieuses.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter