la maison d'édition de séries littéraires

Au-delà des lunes d'Allagore

Episode 3

Le voleur

Alors qu’elle abattait encore et encore sa pioche contre la roche, Hell’ya ne pouvait s’empêcher de repenser à cette histoire de cristaux volés. Qu’est-ce qu’un esclave pourrait bien faire avec ?

Elle donna un dernier coup plus vigoureux que les autres et réussit à dégager une pierre précieuse. Elle se pencha pour la ramasser et l’observa un instant. Légèrement teintée de rose, elle avait quelque chose d’envoûtant, comme un léger murmure qui suppliait qu’on la garde près de soi. Non, aucun esclave n’aurait pu lui trouver une quelconque utilité, mais la tentation était tout de même présente.

Elle poussa un soupir et posa le cristal avec les autres. Elle s’apprêtait à retourner à son travail quand quelque chose attira son regard. À quelques mètres d’elle, au fond de la mine, il lui sembla apercevoir un esclave glisser un cristal dans sa tunique. Elle fronça les sourcils, n’étant pas sûre de ce qu’elle venait de voir. L’œil hagard, l’esclave regardait autour de lui, comme pour s’assurer que personne ne l’avait vu. Son air coupable lorsqu’il croisa le regard d’Hell’ya la convainquit qu’elle n’avait pas rêvé.

Lâchant brusquement sa pioche, elle traversa la mine jusqu’au fautif. Celui-ci tenta de s’esquiver, mais elle arriva à sa hauteur et l’attrapa par le col avant qu’il n’ait le temps de s’échapper.

« El’san », siffla-t-elle entre ses dents.

Âgé d’une vingtaine d’années, El’san n’était guère plus vieux qu’elle et son éternel air maladif n’était pas très menaçant.

« S-salut Hell’ya. Tu… tu devrais retourner travailler, je suis pas sûr que les gardes soient contents que l’on fasse une pause.

– Et moi je ne suis pas sûre qu’ils seraient contents d’apprendre que tu voles des cristaux. »

El’san avala difficilement sa salive.

« Je ne vois pas de quoi tu parles. »

Contenant difficilement sa colère, Hell le lâcha un instant pour attraper une pierre plate et tranchante qui gisait sur le sol, elle la colla contre la gorge de l’esclave.

« Laisse-moi te dire quelque chose El’san, articula-t-elle, sept personnes sont mortes aujourd’hui, et j’ai failli y passer aussi. Et tout ça à cause de toi ? Donne-moi une bonne raison de ne pas t’égorger sur place. »

Tétanisé, il ouvrit et ferma la bouche sans qu’aucun son n’en sorte.

« Rien ?

– N-Non, attends ! balbutia-t-il. Je… j’ai pas eu le choix ! Je me suis blessé il y a quelques semaines… Le genre de blessure qui empêche de travailler et qu’ils ne considèrent pas valoir le coup de guérir. »

Hell grimaça. El’san était loin d’être un bon esclave, aucun garde ne se serait donné la peine d’essayer de le soigner. Ç’aurait été beaucoup plus simple de se débarrasser de lui.

« Quel rapport avec les cristaux ?

– Je ne les vole pas pour moi. Il me dit où les lui déposer à la fin de la journée, et il me donne un peu d’eau d’Onaïa en échange. »

Sans lâcher sa prise, Hell’ rapprocha dangereusement son visage du sien.

« Qui ça, El’san ? »

Il avala difficilement sa salive et lui indiqua quelqu’un derrière elle. Elle tourna la tête et fronça les sourcils quand elle comprit de qui il parlait.

« Le Gardien, confirma-t-il. C’est pour lui que je vole les cristaux. »

Comme s’il avait senti le regard d’Hell’ya sur sa nuque, Ary’el se retourna et ses yeux croisèrent les siens. Il les observa un instant, l’air dur, avant d’avancer dans leur direction.

Hell’ya retira la lame de la gorge d’El’san mais la garda dans sa main, elle serra la partie tranchante jusqu’à s’entailler la chair.

« Je peux savoir ce qu’il se passe ici ? s’enquit le Gardien d’une voix dure. Retournez travailler ! »

La jeune fille le fusilla du regard et lâcha sa pierre. Lentement, elle leva sa main ensanglantée vers lui.

« Je me suis blessée. »

La mâchoire d’Ary se crispa et il poussa un soupir avant de l’attraper par le poignet.

« Suis-moi, lui ordonna-t-il. »

Il la tira à travers la mine et l’emmena dans le seul bâtiment de la base. Ils marchèrent en silence jusqu’à l’infirmerie et Ary’el referma la porte dans un soupir. Il prit sa main blessée dans la sienne et fronça les sourcils.

« Pourquoi est-ce que tu as fait ça ? lui demanda-t-il.

– Pourquoi tu m’as menti ? »

Sans lui répondre, il nettoya sa plaie et fit couler un peu d’eau d’Onaïa dessus. Cela ne suffirait pas à faire disparaître la blessure mais accélérerait considérablement la cicatrisation.

« Ary’el, lui dit-elle froidement alors qu’il lui bandait la main, Ary, réponds-moi. Est-ce que c’est toi qui as volé les cristaux ? »

Il releva les yeux vers elle.

« Hell…

– Est-ce que c’est toi ? insista-t-elle.

– Oui. C’est moi. »

La jeune esclave sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle aurait voulu être en colère, mais elle se sentait trahie plus qu’autre chose.

« Hell… Ne me regarde pas comme ça, s’il te plaît. »

Il prit son visage entre ses mains et plongea ses yeux dans les siens.

« Je sais que je t’ai menti, mais il faut que tu me fasses confiance. »

La jeune fille détourna le regard.

« Je comptais t’en parler. Mais je ne voulais pas que tu sois mêlée à ça.

– Mêlée à quoi, Ary’el ? »

Il esquissa un sourire.

« Tu le sauras bientôt, promis.

– Quand ?

– Demain. Demain tu sauras tout. Je te le promets. »

Il posa ses lèvres sur les siennes et l’embrassa tendrement.

« Je t’aime, Hell. »

Rassurée, elle sentit ses muscles se détendre.

« Moi aussi je t’aime, Ary. »

Elle blottit sa tête au creux de son épaule, profitant de ces quelques instants de tranquillité avant de devoir retourner dans la mine.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter