la maison d'édition de séries littéraires

Au-delà des lunes d'Allagore

Episode 8

L'amertume d'Ary'el

Ary aurait voulu courir, il avait toutes les raisons de penser que les autorités locales étaient déjà informées de leur présence sur Illusib, mais Hell n’arrivait pas à le suivre. Elle ne se plaignait pas mais elle restait sonnée par l’accident.

Lorsqu’elle s’arrêta pour vomir après un moment, Ary la regarda avec inquiétude. Elle lui assura qu’elle avait simplement l’estomac retourné par le crash, seulement, il n’était pas du même avis. Il décida de la porter sur son dos le reste du voyage, ce qui lui permit d’aller plus vite.

Après ce qui lui sembla être une éternité, Ary s’arrêta enfin et la posa délicatement sur le sol. Hell, d’habitude si curieuse, ne prit même pas la peine de regarder où ils s’étaient arrêtés.

Ary sonna à la porte devant laquelle il s’était arrêté.

De longues secondes s’écoulèrent avant qu’un homme d’une cinquantaine d’années ne vienne leur ouvrir ; Urys. Le regard fixé sur le Gardien, il ne prêta aucune attention à Hell.

« Ary’el, dit-il d’un ton qui trahissait son étonnement. Que fais-tu là ?

– On a besoin de ton aide.

– On ? »

Urys remarqua Hell et fronça les sourcils. Il ne fit pas plus de commentaires et les laissa entrer. La lumière principale n’avait pas été allumée, seule une petite lampe éclairait faiblement la pièce.

« Que s’est-il passé ? leur demanda enfin leur hôte.

– Notre vaisseau s’est écrasé. Les gardes de la reine sont à notre poursuite. »

Urys se crispa légèrement. Il s’apprêtait à dire quelque chose lorsqu’une jeune fille d'une quinzaine d'années entra à son tour dans le salon.

« Papa ? dit-elle. Qui sont… (Elle se coupa au milieu de sa phrase lorsqu’elle reconnut Ary’el.) Gardien, rajouta-t-elle solennellement en faisant une légère révérence. »

Ary’el sourit et l’imita.

« Mademoiselle, répondit-il sur le même ton.

– Élua, intervint Urys, pourrais-tu conduire l’amie d’Ary’el dans la salle d’eau ? Soigne-la et fais-lui prendre un bain. Prête-lui les vêtements de ta sœur, ils devraient lui aller.

– Bien sûr.

– Essaye de ne pas réveiller ta mère. Elle a besoin de se reposer. »

Élua hocha la tête et invita Hell à la suivre. Celle-ci lâcha la main d’Ary à contre-cœur et lui lança un dernier regard avant de disparaître dans le couloir.

Urys attendit que leurs pas se soient éloignés pour reprendre la parole.

« Une esclave ? » demanda-t-il avec mépris.

Son regard était dur et désapprobateur. Urys était un ancien Gardien qui avait été aux services de la reine jusqu'à ses trente-cinq ans, comme le voulait la tradition. Bien qu'il soit fidèle à sa majesté, Ary n'avait aucun doute qu'il les aiderait.

« Ne me juge pas, répondit Ary d'un ton sec. Je l'aime. Je ne pouvais pas la laisser là-bas. »

Un pli soucieux se forma sur le front de l'homme.

« Tu es vraiment prêt à risquer ta vie pour elle ? Si Daïga met la main sur vous… Tu n'aurais pas dû faire ça, Ary'el. »

La mâchoire du jeune homme se crispa.

« Et qu'est-ce que j'aurais dû faire ? La laisser se tuer au travail dans les mines et l'oublier ? Et après ? »

Urys poussa un long soupir.

« Tu aurais continué ton service et tu aurais pu t'installer à tes trente-cinq ans sur Illusib, comme nous tous ! »

Ary laissa échapper un rire amer.

« Et ensuite ? Je me serais marié, j’aurais épousé une belle femme pour lui arracher son premier fils, comme toi tu l'as fait ? Est-ce que je devrais vraiment abandonner un de mes enfants à la reine, tout en sachant ce qui l'attend ? Ça ne te dérange peut-être pas, mais moi si. »

L'amertume se faisait entendre dans sa voix, elle coulait dans ses veines comme un poison qui le torturait de l'intérieur.

Seuls eux deux savaient qu'Urys était le père d’Ary. Il n'aurait jamais dû retrouver sa vraie famille, pas avant la fin de son service. Seulement, le destin les avaient mis sur sa route.

Urys avala difficilement sa salive.

« Fais attention, Ary'el. Tu deviens émotionnel.

– On m'a appris à ne pas montrer mes émotions, ça ne veut pas dire que je ne ressens plus rien. »

Un silence pesant s'installa entre les deux hommes.

« Parfois, quand je vous rends visite, je ne peux m'empêcher de me dire qu'on m'a volé mon enfance. J'aurais aimé grandir au sein de cette famille, pas juste être une connaissance qui passe de temps en temps.

– Si tu avais terminé ton service, tu aurais pu revenir et faire partie intégrante de cette famille. »

Ary laissa échapper un rire triste.

« De qui te moques-tu ? Que restera-t-il de ta famille dans dix ans, Urys ? Anaë est déjà mariée, Élua le sera probablement aussi. Et ta pauvre femme… Tu penses qu'elle tiendra aussi longtemps ? À chacune de mes visites son état empire… »

La mère d’Ary’el n’avait pas supporté qu’on lui arrache un de ses enfants, elle ne s’en était jamais vraiment remise. Ary n’avait jamais eu le courage de lui avouer qu’il était son fils, bien qu’il supposait qu’elle s’en doutait.

« Alors je pars, conclut le Gardien. J’amènerai Hell loin d’ici, quelque part où l’on pourra se marier et fonder une famille. »

Urys le fixa un long moment sans rien dire.

« Il est tard, dit-il finalement. On reparlera de tout ça demain. Tu peux prendre la chambre d’Anaë, comme d’habitude. »

Ary’el hocha la tête. Lorsqu’il se dirigea vers la chambre, il croisa Élua qui sortait de la salle de bain.

« Elle est en train de prendre un bain. Je l’ai examinée, elle n’a pas de signe de commotion.

– Tu t’y connais en médecine, toi ? »

Elle hocha la tête.

« J’ai trouvé pleins de livres sur le sujet à la bibliothèque ! » s’enthousiasma-t-elle.

Ary’el sourit. Élua était une jeune fille très vive d’esprit pour son âge et elle aimait apprendre de nouvelles choses. Au moins, il savait qu’il n’aurait pas à s’inquiéter pour elle une fois qu’il serait parti : elle était largement capable de se débrouiller seule malgré son jeune âge.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter