la maison d'édition de séries littéraires

Avec le sourire

Episode 7

Mardi 30, désillusion

Me voilà chez Lola, ses parents ne sont pas là, elle désinfecte mes plaies, me prête un jean qui appartient à son frère et me donne un sac de glace. Je me pose dans son lit, la glace sur la tête, elle vient se blottir contre moi, me remerciant et s’excusant. Ce n’était pas de sa faute, le mec voulait sûrement depuis le départ me voler mon téléphone. Collée comme ça à moi elle finit par m’embrasser, alors je continue sur sa lancée, je lui dis « Si tu t’excuses encore une fois je t’embrasse », elle s’excuse, alors je l’embrasse. Petit à petit nos baisers deviennent langoureux, on commence à se toucher, mon corps tremble d’excitation, la fille que j’aime tant se retrouve une nouvelle fois dans mes bras, pour toujours je l’espère, elle semble tout autant excitée que moi par cette idée. Jusqu’à venir sur des préliminaires, la caressant je descends ma main dans sa culotte, je la fais gémir, elle prend mon sexe et le branle, on s’embrasse, je lui embrasse le cou, nous faisons ça pendant de longues minutes, très agréable. J’aurais voulu la voir nue mais elle ne peut pas car ses parents vont bientôt rentrer.
Justement les voilà qui arrivent, elle descend vite du lit pour les accueillir et leur annoncer ma présence, soi-disant pour un livre, je vais dans leur salon leur dire bonjour, enchanté et tout ce qui va avec, on retourne dans sa chambre, je l’embrasse encore une fois, puis vient le moment que je redoutais depuis le début.
Après toute cette aventure, Lola m’annonce clairement qu’elle ne veut plus qu’on se voie, qu’elle ne peut pas gérer une liaison amoureuse avec ses études, j’acquiesce tristement, mais je ne comprends pas pourquoi elle décide une nouvelle fois de s’écarter de ma vie, tout est si parfait auprès d’elle, ai-je fait quelque chose de mal ? Je pars de chez elle balafré, triste et ayant perdu la personne la plus chère à mes yeux. En sortant je m’allume une cigarette, puis je prends le bus et je me mets à pleurer, à cause de la redescente d’adrénaline, mais surtout à cause de ce qu’elle m’a annoncé. Me voilà de nouveau seul, sentiment que j'espérais ne plus avoir à affronter, je me sens encore plus seul et vide que jamais, j’aimerais mourir maintenant, la douleur que je ressens dépasse le descriptible, je ne pourrais survivre comme ça longtemps, mais je ne fais rien, je rentre juste chez moi.
Ma mère m’a appelé quelques minutes après mon retour.

« Coucou de la Bretagne, comment vas-tu ?
– Bien et vous ?
– On a beau temps, on fait encore quelques travaux dans la maison, et on a tondu la pelouse et toi quoi de beau aujourd’hui ?
– Rien de spécial, je suis resté à la maison à rien faire.
– Harry n’est plus là ?
– Non il est parti rejoindre sa petite amie.
– Ah zut, si tu ne te sens pas bien tu vas voir la voisine hein ?
– Oui oui, mais tout va bien, j’ai bien arrosé tes plantes et le chat est nourri.
– Parfait alors, je te laisse, n’oublie pas demain ton rendez-vous chez le psychologue.
– C’est noté, bisous à demain.
– À demain, bisous. »

Que quelque chose me tue, sur le champ par pitié, ne suis-je pas la réincarnation de Jésus, je devrais pouvoir mourir à mon bon vouloir non ? C’est la seule et unique perspective qui me paraisse acceptable. Mais rien ne se passe, comme chaque soir je grignote des gâteaux devant des vidéos, je roule des joints, et vers 1 h du matin, je prends tous mes médicaments et pleure jusqu’à m’endormir.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter