la maison d'édition de séries littéraires

Casting pour New York

Episode 1

Une annonce insolite

Castille avait souri en voyant cette annonce sur le quotidien : Casting pour New York.

New York, la ville qu’elle avait envie de redécouvrir depuis tant d’années. Alors bien sûr elle avait lu l’annonce par curiosité.

Riche milliardaire habitant à New York, cherche patineuse, pas forcément pro, pour donner des cours dans une patinoire privée. Parler français est obligatoire. Merci

Contact : [email protected]

Castille trouvait l’annonce vraiment bizarre et se demandait si le riche milliardaire était fétichiste des patineuses ou si c’était tout autre chose.

Castille, vingt cinq ans, rêveuse professionnelle. Petite brune aux cheveux longs, aux yeux verts et à l’allure sportive. Après des études à rebondissements, de médecine à fleuriste en passant par professeur de danse et pâtissière, elle ne savait toujours pas vers quoi se tourner. Polyvalente et volontaire comme elle aimait à se présenter, elle ne savait pas quoi faire dans la vie, ou plutôt, elle avait envie de faire trop de choses sans savoir par quoi commencer. En attendant elle prenait la pose dans des cours de dessin, elle participait à des castings et faisait de la figuration dans des films. Elle avait même donné quelques répliques à quelques acteurs connus.

Se trouvant encore jeune pour se poser, elle avait envie de voyager. Pourquoi pas les Etats-Unis, en effet, et en particulier New York ? Elle adorait cette ville depuis qu’elle y avait mis un pied 6 ans auparavant. Ce serait pour elle l’occasion d’y retourner et même d’y vivre. Une fois là-bas elle pourrait élargir son périmètre de prospection dans le pays de l’Oncle Sam. Elle joindrait l’utile à l’agréable.

Castille était ambitieuse. Pas au sens où on l’entend. Castille était ambitieuse dans le domaine du bonheur. Elle avait pris conscience de n’avoir qu’une vie après avoir brusquement failli la perdre…

Alors, comme elle était curieuse, elle s’est dit :

« Ça ne coûte rien d’envoyer un mail, d’ailleurs je vais me créer un mail rien que pour ça. »

Ah oui Castille se parle à haute voix !

Elle créa l’adresse : [email protected] « On the ice » c’est comme cela qu’on présente les patineurs qui font leur entrée sur la glace lors des compétitions internationales.

Elle laissa ensuite ce message :

Bonjour Mister Dollars

Je réponds à votre annonce afin d’en savoir plus au sujet de la patineuse « pas forcément pro » que vous recherchez

Je m’appelle Castille, j’ai 25 ans et je parle mieux français que je sais patiner !

Au plaisir de vous lire

Cordialement

Castille

Elle avait été directe et espérait que le point d’exclamation ferait sourire son interlocuteur. Elle espérait aussi que son message ne resterait pas sans réponse et que Mister dollars n’était pas un vieux pervers aux fantasmes douteux.

Après son mail, Castille avait appelé son ami Nadège :

« Allo Nadège ?

– Oui ma Castille ! Comment vas-tu ?

– Top ! Je voulais te prévenir que je vais peut-être, je dis bien peut-être partir à New York. »

Nadège, qui connaissait Castille depuis longtemps, sourit en attendant la suite. Elle n’essaya même pas de dire un mot car, quand elle était à ce niveau d’enthousiasme, Castille ne lui laissait jamais la parole.

« The Big Apple, you know ? Oui alors je t’explique. Il n’y a rien de fait, j’ai juste répondu à une annonce d’une personne qui cherchait une francophone qui sait patiner sans forcément être pro. Bon tu vois, avec mes années de club, 3 fois par semaine, je pense que je peux faire l’affaire et puis pour le français il n’y a pas photo comme on dit. Qu’en penses-tu ? »

Nadège aimait la manière dont Castille voyait les choses. Même si ça ne marchait pas, ce n’était pas grave, elle faisait confiance à son amie pour rebondir. Castille était plutôt du genre à considérer un échec comme « un mal pour un bien ». Alors, naturellement, elle lui répondit :

« Cool ! Tu penses que je peux poser mes vacances quand pour venir te rendre visite ?

– Je te tiens au jus. En attendant je vais voir le plus beau cul de Paris ! Ciao ! »

En raccrochant, Nadège avait éclaté de rire.

Après son coup de fil, Castille était allée se promener dans les rues de Paris, le nez en l’air pour profiter du soleil printanier. Elle s’était acheté une glace et voulait s’installer au jardin des Tuileries pour se poser et passer un bon moment. Sur son trajet elle avait prévu de passer devant les plus belles fesses de Paris ! Oui, Castille avait élu les fesses d’un bellâtre peu frileux et pour cause, c’était une statue du jardin, non loin du bassin. C’était même le fond d’écran de son téléphone portable.

Après s’être rincé l’œil et avoir dégusté sa glace, elle sortit un calepin sur lequel elle faisait des listes. Rêveuse professionnelle, elle commença une liste baptisée « New York me voici » en prévision de son hypothétique voyage.

Ça lui mettait du baume au cœur à Castille de faire des listes. Elle s’imaginait ainsi des jolies choses et des « plans B », au verso des pages, si les jolies choses n’étaient pas si jolies finalement.

Elle écrivit :

Patins à glace

Tuniques

Valise « d’affaires normales » (qui était déjà sur une liste habituelle et qui regroupait les vêtements, chaussures et autre trousse de toilette.)

Appareil photo

Ordinateur

Ça, c’était pour le matériel. Elle continua :

Dîner avec Gloria.

Faire un dernier karaoké avec Nadège.

Se séparer de Polo…

Cette phrase la laissa songeuse un long moment. Elle l’aimait bien, Polo, mais…

Elle ajouta :

Mon petit doigt que je n’ai plus me dit que je n’ai qu’une vie…

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter