la maison d'édition de séries littéraires

Casting pour New York

Episode 8

Nadège, l’Arpège et Gloria

« Allo Nadège ?

– Oui Nadège à l’appareil, j’écoute !

– Tu ne devineras jamais ce que je vais te dire !

– Alors dis le moi directement si je ne devinerai jamais !

– Robert !

– Quoi Robert ?

– Tu lui as tapé dans l’œil ! Oui madame.

– Je ne comprends pas.

– Ça ne t’a pas échappé que lorsque je t’ai présenté Robert il avait le regard qui pétillait.

– Euh non je n’ai pas fait attention.

– Ben voyons ! »

Castille insistait un peu pour taquiner son amie qui ne se rendait pas toujours compte de l’effet qu’elle faisait aux hommes. Elle en avait conscience, mais pas systématiquement.

« Et alors ! Tu lui as dit que je ne savais pas patiner j’espère !

– Ce n’est pas ce que tu crois. Je t’explique. Robert travaille dans la mode, je te l’ai dit. Il travaille pour des maisons de couture et il souhaiterait te proposer d’être modèle. Il te trouve jolie et bien proportionnée, avec des formes de femmes “un peu comme Marilyn Monroe” il a ajouté.

– Oh attends, il n’a pas dit ça quand même ?

– Si, je te jure. Je t’entends rougir à l’autre bout du téléphone ! Alors il m’a proposé un truc.

– Un truc ?

– Rien de déplacé. Il m’a proposé de m’inviter à dîner à l’Arpège et il a ajouté qu’il aimerait bien que tu sois là pour te parler de ça. En « tout bien tout bonheur » comme il dit.

– Attends l’Arpège c’est le restaurant dont t’a parlé Gloria ? La “haute couture” des légumes ?

– Oui c’est bien ça. Alors tu es partante ?

– Tu seras là, je n’ai rien à perdre, on va passer un bon moment et puis on va se régaler. Mais j’y pense… Et je pense que tu y as pensé aussi…

– Oui j’ai envie que Gloria se joigne à nous.

– Honnêtement, ce serait dommage de ne pas l’emmener avec nous.

– Oui mais c’est délicat.

– Tu lui dis qu’on vient avec Gloria et nous on lui offrira son repas. On ira voir le maître d’hôtel discrètement. Et puis Gloria se fera une idée de Robert aussi, comme ça on aura un autre avis.

– Oui tu as raison, je vais faire ça. Bon je te rappelle pour demain. Bisous.

– Bisous. »

Pour ne pas se poser trop de questions et éviter de ne plus oser demander, Castille appela Robert directement après sa conversation avec Nadège.

« Robert, c’est Castille

– Oui, ca va ?

– Oui, merci. J’ai eu Nadège et elle est disponible pour dîner demain.

– Ah c’est un super bonne nouvelle.

– Robert, j’ai aussi quelque chose à vous demander.

– Oui dis moi ?

– J’ai une gardienne qui s’appelle Gloria et qui adore les arts de la table. Elle a vu un documentaire sur Alain Passard et l’Arpège et je sais que ça lui ferait plaisir d’y aller... Alors, avec Nadège, on s’était dit... Enfin si ça ne vous dérange pas bien sûr, que nous pourrions peut-être lui proposer de venir avec nous... Si ça vous dérange ce n’est pas grave, je ne lui en ai pas encore parlé donc elle ne saura rien. Et puis avec Nadège on paiera son menu bien sûr. C’est juste que l’occasion ne se représentera pas de si tôt. »

En demandant cela, Castille s’était sentie un peu gênée, mais elle savait que Gloria serait si contente qu’elle se sentait obligée de tenter.

« Gloria c’est une gardienne dans les immeubles de Paris ? Avec un loge et des rideaux ? C’est le typique ! Elle monte les escaliers tous les jours pour le courrier et tout ça ?

– Oui c’est ça. Gloria c’est l’ange gardien de notre immeuble. C’est la personne qui a un œil sur tout et sur tout le monde mais pour le bien de tous. Gloria... C’est Gloria... Et elle rêve de dîner à l’Arpège.

– Ah mais si en plus on peut réaliser un rêve, bien sûr.

– Oui elle aimerait bien être une petite souris pour voir ce qu’il se passe en cuisine.

– Tu sais, il n’y a pas de souris dans ce restaurant. »

Castille sourit. C’est vrai que les expressions peuvent parfois porter à confusion.

« Enfin quand je dis “petite souris” c’est une expression pour dire qu’on aimerait bien voir ce qu’il se passe dans un endroit.

– Je vois. Tu sais je connais pas tout ça mais c’est bien que tu m’apprennes à moi aussi. Je suis maladresse parfois. Bon alors on dit 20h à l’Arpège et moi je réserve pour quatre personnes.

– Merci Robert. À demain. Bonne soirée »

Castille était contente. Sans perdre un instant elle dévala les marches pour aller frapper à la porte de Gloria.

« Bonsoir Gloria

– Bonsoir ma petite. Ça va ? Quel bon vent t’amène ?

– C’est pour une invitation. Vous avez quelque chose de prévu demain soir ?

– Non, mon mari n’est pas là, tu veux venir dîner à la maison ?

– Non merci. Je passe vous prendre à 19h30, je vous invite à dîner.

– Ah bon, mais où ? Et en quel honneur ?

– Surprise ! Je vous dis juste qu’il y aura Robert, le monsieur de New York chez qui je vais peut-être travailler et Nadège.

– Mais je ne parle pas anglais tu sais bien.

– Robert parle français.

– Il faut être habillée comment ?

– Comme vous voulez mais pas en maillot de bain ! A demain, bonne soirée »

Castille était passée comme un courant d’air. Gloria n’en savait pas plus mais trouvait l’idée de dîner à l’extérieur sympathique. Elle était tout de même un peu inquiète car elle n’avait pas l’habitude et ne connaissait pas Robert. Elle se sentait tout de même rassurée de pouvoir rencontrer cet homme avant le départ de Castille. Castille, si loin de Paris.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter