la maison d'édition de séries littéraires

Mâchefer

Episode 14

Straight instantly

La voix rocailleuse de Gaston emplit la pièce.

« Allô ! Vous me recevez ?
– Bonjour, Monsieur Lacharrue. On vous voit et on vous entend.
– Parfait. Je vous laisse avec Belle, mon assistante. »

Sur l’écran de l’ordinateur, la grosse tête de Gaston fut remplacée par celle de Belle. Malgré un plan trop rapproché, Dominique fut frappé par sa beauté. Stéphane avait raison, il avait trop forcé sur les « Be straight instantly ». Elle avait des pommettes hautes et une peau crémeuse comme il les aimait.

« Reculez un peu, Dominique, je ne vois que votre cravatine. Oui, c’est mieux. Voilà le programme. Vous allez visiter la librairie par webcam interposée, grâce à la prouesse technique de Malfait. Venez ici, Malfait, montrez-vous. »

La tête casquée du Géo Trouvetou local  apparut de biais sur l’écran. On aurait dit un mineur s’apprêtant à descendre dans la cage ou un martien SDF. Il fit quelques grimaces et sortit du champ de la petite caméra. On entendit la jeune femme lui donner des instructions, puis l’image revint.

« Vous pouvez communiquer avec lui, il nous capte. C’est parti ! »

Comme dans un film « caméra à l’épaule » où l’on prétend faire d’une mauvaise technique un art, la librairie se rapprocha de l’écran en cahotant. Parfois, lorsque Malfait baissait la tête, on voyait ses souliers crottés. Belle le recadra.

« Marchez plus lentement et le buste droit, si possible. »

Soudain, on aperçut la cime des arbres.

« Pas trop haut. Regardez droit devant. »

Belle avait oublié que Malfait louchait.

« Un peu plus à droite, la tête, encore, encore, stop ! Qu’en dites-vous, Dominique ? »

Malfait luttait pour conserver la direction indiquée par sa collègue. Si la webcam cadrait la librairie, lui voyait la boucherie d’Aimé. Sourd aux protestations de Belle, il orienta le casque sur sa tête pour synchroniser l’œil de la caméra et le sien.

« Ça va comme ça ?
– Ne bougez plus. Qu’en pensez-vous, Dominique ?
– La grange à côté, c’est à nous ?
– Oui, on y fera un tour plus tard. On entre à l’intérieur ? »

La porte vint à la rencontre de l’écran, puis la main tavelée de Malfait surgit dans le champ de vision et l’ouvrit. L’homme-caméra s’installa successivement aux quatre coins de la salle pour donner au spectateur une vue d’ensemble. Belle commentait.

« C’est grand, non ?
– Difficile de se rendre vraiment compte de la taille de la pièce sans connaître la focale de votre objectif. Elle fait combien de mètres ? »

Malfait marcha en mètres. L’image se mit à danser. Dominique protesta.

« On se croirait à dos de chameau, j’ai mal au cœur.
– Huit mètres de long par quatre de large.
– Cinq mille livres, maximum. Ce n’est pas énorme. Les autres pièces ? »

Quelques vagues d’images plus tard, Gaston faisait le point avec le candidat.

« Alors, Dominique, ça vous plaît ?
– C’est jouable.
– Parfait. Du nouveau, de votre côté ? Je ne vous cache pas qu’ici l’horizon se dégage. On nous a fait des propositions très, très intéressantes, le genre d’offre difficile à refuser, vous voyez ce que je veux dire ?
– Ce que je vois surtout, Gaston, c’est votre collègue en train de pisser dehors. Belle santé. Il a oublié d’éteindre sa caméra et se concentre sur son appendice.
– Ah ! le sagouin. »

Gaston hurla.

« Aimé ! Va dire à ce couillon de Malfait de se débrancher. C’est pas vrai ! Excusez-le ! Alors, quoi de neuf ? Vous avez réfléchi à ce projet de librairie ? Vous parliez de cinq mille livres, j’ai potassé la question, tablez plutôt sur vingt mille. Je veux du saucisson partout, des sièges pour les vieux, un endroit où les jeunes pourront s’étreindre en toute discrétion, des sucettes pour les gosses bref, du lien social, Dominique. Vous savez bricoler ?
– Un peu.
– Je dis ça par rapport à la grange qu’il faudra retaper. Le fonds, les travaux et le lien social, ça va bien chercher dans les cent mille euros. Que mettez-vous sur la table, de votre côté ?
– Certainement pas une somme pareille, même si je disposerai prochainement de quelques liquidités quand le divorce sera prononcé. Stéphane et moi, c’est fini. »

Dominique se moucha et s’essuya le coin des yeux.

« Pardonnez-moi. »

Il avala discrètement une pilule bleue et se racla la gorge.

« J’avoue que cette épreuve me gâche un peu le plaisir d’avoir été élu président du syndicat des libraires. À ce titre, j’aurai l’oreille des éditeurs et des grossistes. Préparez vos saucissons, Aimé. Tout le gratin du monde du livre va défiler à Mâchefer. »

Belle le félicita.

« Bravo, Dominique ! »

Pris au dépourvu par ce nouvel atout, Gaston se ressaisit.

« Ouais, bon, vous ne tutoyez pas le ministre de la Culture.
– Il est franc-maçon, moi aussi. Encore qu’aujourd’hui, la maçonnerie me gonfle. Spécialisation et diversification sont toujours d’actualité, mais dans un domaine plus spirituel. Ma récente déception amoureuse m’a ouvert les yeux sur la vanité des sens. Je continuerai de proposer des gadgets et des petites pilules bleues à ceux qui n’ont pas encore fait leur chemin de Damas, mais l’essentiel du fonds sera de nature religieuse. Œcuménique, cela va de soi. Jésus, Mahomet, Bouddha et Confucius auront chez moi des relations de bon voisinage. Je nourrirai les esprits et les corps aussi. On pourra lire dans mon salon de thé, y exposer ses œuvres, accéder à internet, acheter des jouets, des figurines, des icônes. Je compte même aménager dans la grange une petite chapelle pour les offices.
– Les éditeurs vous en seront reconnaissants. Autre chose qui pourrait faire pencher la balance en votre faveur ? »

Encore sous l’influence de sa pilule bleue, Dominique décocha un sourire carnassier à Belle.

« Vous êtes libre ce soir ? »

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter