la maison d'édition de séries littéraires

Santé !

Episode 11

L’asile hanté

Ma propre brutalité me surprend, néanmoins je ne peux agir autrement.
Le quinzième personnage vient de naître sous la plume d’Hariett. Un cuisinier exubérant et fantaisiste, qui avait disparu depuis trois de ce qu’elle appelle des chapitres, refait irruption au détour d’un paragraphe et il me semble bien que l’auteure ne le fera pas disparaître.
Si j’ai bien compris le système qu’elle tente d’élaborer – bien sûr que je l’ai compris, aucune de ces soi-disant théories élaborées par des béotiens ne peut rester hermétique à un éminent médecin tel que moi – le cuisinier devrait se nommer Neffy, ou Neff. Je remarque à peine les battements de mon cœur, qui se sont accélérés pour suivre le rythme dément du crayon contre le papier.

Un craquement sinistre résonne dans la chambre. Hariett me regarde, ses yeux rouges emplis de larmes de désespoir. Elle tente de bégayer quelques mots cependant sa tête retombe sur son bureau, ses cheveux épars formant une masse répugnante. À côté d’elle gisent les débris de son crayon.
Je ne pouvais la laisser continuer à écrire et infester mon asile d’imposteurs. Si je veux pouvoir un jour percer le mystère de ce phénomène absurde, je ne peux me laisser envahir par des êtres de fiction. Toutefois j’estime que mon acte ne portera pas à conséquences. Si l’innocence d’Hariett est finalement avérée je n’aurai qu’à lui donner un autre crayon. Elle s’en sortira quelque peu bouleversée. Rien qu’une lobotomie bien exécutée ne puisse réparer.
Je sors de la pièce sans un regard vers ma patiente toujours affalée sur sa table de récréation. Je referme la porte, trop agité pour montrer une quelconque pitié envers les gonds.
Cette fois-ci, mes pas sonnent décidés contre les dalles des couloirs et le personnel recule, effrayé, sur mon passage. Je dois m’assurer de la corrélation entre les divagations de cette folle et les apparitions inopinées dans mon asile : cela passe par la vérification de l’existence du cuisinier nommé Neffy.

La porte claque et rebondit contre le mur alors que j’apparais en cuisine. Les cuistots marquent un recul apeuré lorsqu’ils remarquent la détermination et la colère inscrites sur mon visage. J’avance parmi les tables croulant sous les victuailles sans aucun égard pour ceux que je repousse ou pour tout ce que je dérange.
Lorsque je me retrouve au milieu de la pièce, je promène un regard enflammé sur les alentours. Tous sont pétrifiés et tremblent dans l’attente de savoir ce que je leur veux. Alors, lorsqu’ils m’ont suffisamment craint, je tonne :

« Neff ! Dans mon bureau. »

Mes employés s’observent, étonnés, mais nul ne réagit. Je fronce les sourcils et en foudroie quelques uns du regard, au hasard. Enfin, une voix timide ose s’élever au-dessus du silence et murmure :

« Docteur Whitetown… Je suis désolée de vous reprendre… Vous voulez dire Jeff ? »

Je fronce les sourcils. Le marmiton bredouille et poursuit :

« Jeff Nephew… Vous savez, le chef ! »

Mon visage se détend, cependant ce n’est que pour se teinter de tristesse. Je ne me souviens pas avoir engagé de chef du nom de Jeff Nephew. Et Nephew peut très bien être une déformation de NeFi. Ce personnage aura été suffisamment malin pour se mêler à la vie courante. Je soupire :

« C’est cela, Jeff Nephew. »

L’homme s’avance, le menton haut et un sourire enjoué que je n’apprécie pas sur le visage. Déjà, l’entrevue s’annonce laborieuse.

Jeff Nephew correspond trait pour trait à l’une des catégories de Katharina. Mais, plus intriguant, tous les cuisiniers qui travaillent sous ses ordres sont persuadés que Jeff a toujours été parmi eux, alors que son arrivée ne doit dater que de quelques minutes.

Je n’ai plus aucune raison de douter, aussi absurde que cela puisse sembler, mon asile est hanté. Un léger rire nerveux s’échappe de mes lèvres. Cependant je ne laisserai pas un tel phénomène se dérouler sans chercher à l’étudier et à le comprendre.
Si je saisis bien, douze autres personnages rôdent dans les environs, et un seizième va chercher à naître. Je vais les récupérer et les réunir.
Mais surtout, je vais comprendre s’ils sont humains ou non. Je vais découvrir comment fonctionnent leurs neurones. Je vais savoir quelles sont ces approximations du comportement.
Et pour cela je vais les disséquer. Tous.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter