la maison d'édition de séries littéraires

Santé !

Episode 9

Compréhension

La soirée n’a suffi à me remettre de mes émotions. Toute la nuit durant j’ai attendu le sommeil, en vain. L’esprit agité par ces écrits vides de sens, et pourtant bien trop éclairants, j’ai erré, presque aussi malheureux que le dernier de mes patients. Un instant, j’ai presque failli trouver une certaine poésie à la mélancolie que j’ai ressentie, accoudé au rebord de ma fenêtre face à la lune dont les éclats d’argent se découpaient au travers des branches d’un arbre.
Seulement de tels atermoiements ne sont pas dignes d’un médecin de mon envergure. Au lieu de m’apitoyer sur mon sort, j’ai fini par affronter mon problème sans détourner le regard.
Le rapport de Fenny n’était bien sûr qu’un résumé, aussi la théorie complète – si je puis appeler théorie les rêveries d’une folle – ne m’est-elle pas encore accessible. Et pourtant, je peux ressentir un soupçon de raisonnement sensé dans cet essai.
La défunte avait sans doute reçu des bases d’éducation avant que son cerveau ne défaille.
Katharina connaissait ce que Jung a nommé les fonctions cognitives, semblerait-il. Si son esprit effiloché a réussi à comprendre ce concept peu clair pour les profanes, le rapport de Fenny ne le prouve pas. Malgré tout elle a tenté, durant ses quelques années de réclusion, d’améliorer le modèle préexistant.
La lune disparaît derrière le linceul d’un nuage. Je me relève pour marcher un peu. Sa réflexion paraît presque cohérente. Les types qu’elle dépeint, et elle en dénombre seize, semblent caricaturaux mais assez complexes et suffisamment vagues pour correspondre à chaque humain.
Cela, justement, me chagrine. Katharina tente-t-elle de reproduire l’illusion donnée par l’astrologie en restant suffisamment floue dans ses descriptions ? Et ce concept de cases dans lesquelles elle enferme chaque personnalité me chiffonne quelque peu.
Seulement un détail, à nouveau, me force à ne pas déchiqueter ces quelques feuilles au-dessus de la poubelle. L’un des seize types correspond bien à mon horripilante infirmière, Fenny Seti. Oh, bien sûr, il existe quelques divergences parfois non négligeables, mais force est de constater que le coefficient de corrélation s’approche de un.
Katharina, en nommant les fonctions cognitives qu’elle a empruntées à l’illustre Jung, identifie les types avec des abréviations tirées de ces mêmes fonctions qu’ils combinent. Et celui qui m’intéresse actuellement porte un nom très intéressant : Fe-Ni-Se-Ti. Il me semble avoir tremblé un instant. Je ne me souviens plus.

Je dois savoir. Aussitôt le soleil levé, je me dirige vers l’aile où est hébergé le jeune Fynn. Depuis son arrivée dans mon asile, il n’a créé aucun incident regrettable, contrairement à la sotte qui l’a recueilli. Malades et personnel se réjouissent de la compagnie de cet enfant. Il apporte joie et innocence dans mon établissement qui, je le concède, sacrifie l’ambiance à l’efficacité.
Une heure après son réveil, je n’ai aucun mal à lui parler en seul à seul. Avec son vocabulaire approximatif et sa grammaire fautive, il répond à toutes mes questions. Si, au début de l’entretien, il se montre timide, il devient peu à peu bien plus loquace. Bientôt, il répond à des questions que je n’ai pas encore posées.
La première conclusion que je peux tirer de cette conversation est que son cerveau n’est que peu défectueux. Fynn s’est fait vagabond pour des raisons liées à son éducation et au parcours de ses parents. Il n’avait d’autre choix. Peut-être, en le gardant ici, pourrai-je l’empêcher de devenir fou. Ce serait une expérience intéressante à mener.
Mais je m’égare. Ce qui m’a le plus frappé, durant cet entretien, c’est bien que, plus que tout autre malade ou infirmier ici présent, Fynn correspond à l’une des seize descriptions de Katharina.
Et comme par hasard, l’abréviation de celle-ci est Fi-Ne-Si-Te.
Je veux me laisser une dernière chance de croire au hasard de ces apparitions aux noms si incongrus. Il me reste un point à vérifier avant de me croire hanté par le fantôme de ma patiente.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter