la maison d'édition de séries littéraires

Square des épitaphes

Episode 14

« C'était Lucie ? Ah zut, je l'ai ratée. J'étais en train de... euh... de discuter avec les copains... Ils voulaient me montrer un truc... Qu'est-ce qu'elle voulait ? demanda Pierre à Suzanne.

– Rien de spécial...

– Elle a dit quelque chose ?

– Tout va bien, la routine habituelle...

– C'est-à-dire ? insista Pierre qui n'avait pas l'habitude de devoir tirer les vers du nez de son épouse.

– Chloé a repris l'école et Lucie a commencé à faire un peu de tri dans la maison.

– Elle n'a toujours pas trouvé d'acquéreur ?

– …

– Suzanne ?

– Hein ?

– Je viens de te poser une question. Pour la maison, elle n'a toujours pas trouvé d'acquéreur ?

– Je... Je... Je sais pas... répondit Suzanne qui semblait avoir l'esprit ailleurs. Excuse-moi, je... je ne me sens pas très bien. J'ai besoin de faire quelques pas… »

Et sans nulle autre explication, elle s'éloigna de son époux qui en resta comme deux ronds de flan.

« Bonjour Pierre !

– Ah... Bonjour Monique ! répondit-il en voyant l'amie de Suzanne s'avancer vers lui à grandes enjambées.

– Dites-donc, c'est pas Lucie que je viens de croiser ?

– C'était bien elle, oui.

– Quelle femme élégante elle est devenue... Si distinguée... Vous devez être fier de sa réussite, non ?

– Euh... laissa s'échapper Pierre qui ne comprenait pas très bien pourquoi cette vieille bique de Monique venait lui parler aujourd'hui alors que, généralement, elle le snobait superbement. Bien entendu... Euh... Suzanne vient de partir dans cette direction, si vous voul...

– Et ses yeux ! Quels beaux yeux elle a !

– Oui oui, c'est vrai...

– Si bleus, si clairs... Je me suis toujours demandé de qui elle les tenait... Vous avez tous les deux les yeux bruns...

– Il paraît que le grand-père de la mère de Suzanne avait les yeux bleus lui-aussi. Il arrive parfois que ça saute plusieurs générations...

– La génétique...

– Oui, c'est ça...

– Et son regard... Quelle profondeur, quelle intensité ! Quand elle vous observe, on a l'impression qu'il vous transperce...

– Écoutez, Monique, je...

– De toute ma vie, je n'ai vu qu'une seule autre personne qui avait la même lueur...

– Vous m'en voyez très heureux... Et qui donc ? »

Monique était sur le point de lâcher le morceau mais, d'un coup, se rendant compte de la bêtise qu'elle allait faire, elle se débina.

« Non, c'est stupide... Je... Je... Excusez-moi, c'est déplacé de ma part, je ne sais pas pourquoi je vous raconte tout ça... Je vous laisse… »

Fichue bonne femme ! pesta Pierre en la regardant partir. Oui, les yeux de Lucie étaient bleus, et alors ? Pourquoi cette vieille chouette en faisait-elle soudain tout un fromage ? Il s'apprêtait à aller retrouver Suzanne lorsque, dans son dos, Monique revint à la charge.

« Au fait, ça lui fait quel âge à Lucie, maintenant ?

– 42... »

Monique hocha la tête, comme si la réponse était bien celle qu'elle attendait.

« C'est bien ça... 42... 1974... Les dates correspondent… » dit-elle en marmonnant avant de prendre définitivement congé et de regagner sa tombe.

Pierre se dépêcha de mettre le plus de distance possible entre lui et elle et s'en alla retrouver Suzanne. Il avait hâte de lui répéter ce qu'il venait d'expliquer tout à l'heure à Jean et à Noël, à savoir qu'ils formaient une équipe, qu'ils avaient traversé toute leur vie ensemble et que, dorénavant, ils allaient continuer ainsi après leur mort, malgré les épreuves. Il l'aimait et il allait travailler dur pour que la situation s'améliore.

Mais avant, pour détendre un peu l'atmosphère, il lui raconta la scène qui venait de se passer.

« Dis donc, la Monique elle a les fils qui se touchent...

– Pourquoi tu dis ça ?

– Elle vient de me poser plein de questions à propos de Lucie : l'année de sa naissance, pourquoi elle avait les yeux bleus... Son regard qui lui faisait penser à celui de… »

Le visage de Suzanne, qui avait repris des couleurs, se décomposa derechef.

« Elle a dit de qui ? le coupa-t-elle.

– Non. Pourquoi ? »

Elle aurait vu le diable en personne, Suzanne ne serait pas devenue plus livide. Son corps tout entier fut soudain saisi de tremblements.

« Qu'est-ce qui ne va pas ? J'ai dit quelque chose de mal ?

– Le père Daniel m'avait prévenu... J'ai essayé de garder le secret autant que j'ai pu mais ça ne peut plus durer... Monique... Et maintenant la valise... Lucie va trouver la lettre... Et alors... La vérité va éclater...

– Quel secret ? Quelle vérité ? Qu'est-ce-que tu racontes ? répéta Pierre qui commençait à prendre peur. »

Indifférente aux questions de son mari, Suzanne se signa et se mit à réciter le Notre Père :

« … que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre com...

– Suzanne, bon sang ! Explique-moi ! »

Suzanne essaya de soutenir le regard de Pierre, mais elle détourna vite les yeux.

« Lucie... lâcha-t-elle finalement.

– Quoi, Lucie ? Qu'est-ce qu'elle a, Lucie, à la fin ?

– Lucie… Tu... Tu... Tu n'es pas son père. »

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter