la maison d'édition de séries littéraires

Voyage d'un enfant caramel dans un pays couleur de sel

Episode 3

Les remous du cœur

Portrait de famille

Quand on aime,

Est-ce que notre cœur peut s’agrandir pour toutes les personnes aimées ?

Est-ce qu’il peut se scinder à l’infini sans jamais blesser personne ?

Si oui, ça expliquerait pourquoi Pépé a deux femmes,

Pourquoi elles ne sont pas jalouses, et pourquoi il les aime sans que son cœur lui fasse mal.

En France, avoir plusieurs femmes ou plusieurs maris, c’est mal.
Ça fait mal au cœur. Ça le déchire, ça le fend et ça le remplit de béton comme un cœur de pierre. On devient alors des marionnettes, on est vide et sans vie.

Ici, si on aime plusieurs personnes, c’est pas si grave. On garde notre cœur. Il est sauvé et reste vivant. Même la loi le reconnaît et accepte les histoires de ton cœur. Tu peux aimer à l’infini et te marier avec toutes les personnes que tu aimes. On appelle ça la polygamie. C’est un drôle de mot un peu savant. Je le connaissais pas mais tout le monde l’utilise ici. Il signifie que si on aime sa femme et qu’on en aime une autre, on peut séparer notre cœur en deux, aimer les deux femmes, et les épouser sans qu’elles soient envieuses ou attristées.

Le soir de notre arrivée, j’étais étonnée de voir Pépé à l’aéroport au bras de ses deux femmes, Mémé Julienne et Mamie Odile. Je savais pas qu’il en avait deux. Enfin peut-être que je le savais, mais j’avais dû oublier. Il y a tellement de gens ici que mes yeux en élident certains.
Je les ai tous rencontrés le soir de la nuit salée. Ils sont tous venus m’accueillir avec leur peau sucrée. Les cierges luisants illuminaient mille visages, tous inconnus mais tous parents. Tous ressemblaient à des masques dans la nuit, mais tous me souriaient, me palpaient et me protégeaient du gris.

Au lever du jour, les ombres gorgées de noir se sont peu à peu dissipées et j’ai compris.
J’ai compris qui étaient ces masques et ce qu’ils signifiaient pour moi.
J’ai compris Papa et sa famille.
J’ai compris qu’il avait vingt-huit frères et sœurs et que Pépé avait vingt-neuf enfants.
J’ai compris que Papa était le deuxième aîné, et que son frère Dieudonné était de cinq ans mon cadet.
J’ai compris que la polygamie n’était pas si drôle, parce que Papa découvrait d’autres Papas plus jeunes lui.

J’ai compris que dès sa naissance, le cœur de Pépé s’était fracturé et qu’il avait déjà deux femmes.
Et j’ai compris que depuis, il a continué à en aimer de nouvelles et à couvrir Pointe-Noire de tout son amour.

Quand on aime double

Quand on aime plusieurs

On aime à trois

Une douce douleur.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter